Bénévolat : à La Cresse, on prépare la relève

Sur le parcours des 100 km, les points de ravitaillement constituent autant de villes étapes qui balisent la course. Au-delà de la fonction primaire qui est de reconstituer des forces par une petite halte où l’on prend le temps de manger et de boire un petit peu, les 15 points de ravitaillement assument l’animation de la course. Les dizaines de bénévoles qui tiennent ces stands jouent un rôle primordial.

En fait, le vrai contact avec la population passe par eux, même si les coureurs apprécient les applaudissements des spectateurs. Une écoute, un mot gentil, un encouragement, une blague, un peu de compassion pour ceux qui souffrent…

Et hop c’est reparti! Le mérite de ces bénévoles est grand et tout au long du parcours, on retrouve le même enthousiasme à chaque point. Nous avons pris quelques photos sur la première boucle que vous trouverez dans nos pages villages. Dévoués pour la course, ils le sont tout autant pour leur région. Et depuis 34 ans, la tradition se perpétue.

Cette année à La Cresse, on a fait participer les tout petits. «Pour préparer la relève », soulignent Didier et Nadia Lafont. Agés d’une dizaine d’années, les bambins du village ont tartiné du pâté pendant de longues heures. A voir leur joie et leurs cris au passage des coureurs ont se dit que le virus des 100 km a bien été inoculé.

C’est comme ça que se forge une identité, une culture régionale. Bravo aux bénévoles pour cette initiative qui pérennise les valeurs humaines qui font la marque des 100 km de Millau. On comprend un peu mieux pourquoi cette épreuve traverse les décennies sans perdre son âme.