Le cuisinier Lacombe avait la recette du succès

Les organisateurs des 100 km de Millau vont finir par redouter les éditions anniversaires. Le 30e anniversaire fut largement arrosé, le 35e l’a été tout autant, si ce n’est plus. En effet si le départ donné par Jacques Godfrain en présence de Philippe Bradfer, directeur départemental de Jeunesse et Sport, l’a été sous de gros nuages mais sans une goutte de pluie, c’est au ravitaillement du Rozier que les premiers allaient commencer à être arrosés. Une pluie souvent violente qui avait décidé d’accompagner les concurrents une longue partie de leur périple diurne.

Il en fallait plus pour décourager les 1568 centbornards venus communier dans la mecque du grand fond. A commencer par le jeune Espagnol Ricard Verge-Berrar qui passait avec plus d’un quart d’heure d’avance à Millau sur ses poursuivants.

Mais comme bien souvent dans l’histoire des 100 km de Millau, le premier qui passe en tête à la fin de la première boucle n’est pas celui que l’on retrouve premier à l’arrivée.

Bien que précédé d’une belle réputation mais ne connaissant pas le parcours millavois, le coureur de Barcelone connaissait un premier passage à vide dans la côte d’Issis avant de passer sous le viaduc.

Au passage à Saint Georges son avance n’était plus que de huit minutes et une nouvelle fois la côte de Tiergues allait jouer son rôle de juge puisque à quelques dizaines de mètres du ravitaillement; Christophe Morgo et Régis Lacombe mettaient fin aux ambitions du coureur espagnol en le déposant littéralement avant d’attaquer la descente sur Saint Affrique où le duo formé par l’Héraultais et l’Aveyronnais passait en tête tandis que l’Espagnol ne passait qu’en quatrième position après avoir été doublé par Patrice Bruneteau.

Le retour sur Millau voyait d’ailleurs Ricard Verge-Berrar abandonner dans la remontée vers Tiergues tandis que dans le même temps le mano à mano entre Morgo et Lacombe se poursuivait.  

Le coureur et conseiller général de Mèze déjà trois fois second sur Millau espérait bien mettre un terme à cette série pour finir enfin sur la plus haute marche du podium.

Un classement convoité également par Régis Lacombe qui, bien que spécialiste du marathon, rêvait secrètement d’être le troisième Aveyronnais à remporter la célèbre épreuve millavoise.

Un rêve qui allait devenir réalité au fil des kilomètres le rapprochant de Millau. Après avoir faussé compagnie à Morgo peu avant Saint-Rome de Cernon, il accentuait son avance dans la côte de Saint Georges pour passer la ligne d’arrivée avec 11’ d’avance sur Christophe Morgo qui va mériter de plus en plus son surnom du Poulidor des 100 km de Millau.

Un véritable coup de maître pour ce coup d’essai même si, comme il le reconnaissait après l’arrivée, Régis Lacombe l’avait bien préparé.

Le vainqueur de cette édition qui exerce la profession de cuisinier au collège de Marcillac avait surtout la recette du succès.

Le troisième à franchir la ligne d’arrivée, Patrice Bruneteau avait lui aussi bien préparé son coup puisque c’était sa première participation à Millau.

Il faut dire qu’il avait un accompagnateur de choix en la personne de Bernard Gaudin, vainqueur sur ce même parcours en 1981 à l’occasion du 10e anniversaire couru sous le soleil.

De quoi redonner le moral aux organisateurs pour le quarantième anniversaire de l’épreuve auquel Bernard Gaudin a déjà décidé de participer.