Première réussie pour Jean-Jacques Moros

Les années passent mais le succès ne se dément pas pour l’épreuve des 100 km de Millau qui, pour cette édition 2007, affiche à la fois une participation d’importance et un beau vainqueur, Jean-Jacques Moros. Le champion de France 2006 de la spécialité n’a pas manqué d’ailleurs de rendre un hommage appuyé aux organisateurs sur le podium dès son arrivée en soulignant «qu’entre une participation à un championnat du Monde avec l’équipe de France et une victoire à Millau, il n’y a pas photo. Je préfère gagner ici  que finir trentième d’un Mondial».

Millau reste bien la référence dans le monde des cent bornards, n’en déplaisent à ceux qui ne veulent pas l’admettre.
Tout comme Régis Lacombe, le vainqueur de l’année dernière, Jean-Jacques Moros participait pour la première fois à Millau. Une première là aussi réussie mais également bien préparée puisque le futur vainqueur était venu au printemps dernier pour repérer la deuxième boucle en compagnie de l’un des anciens vainqueurs, Serge Cottereau. Une reconnaissance qui a porté ses fruits, puisque c’est quasiment un cavalier seul qu’a effectué Jean-Jacques Moros.

En tête dès les premiers kilomètres, le coureur de l’US Métro et mécano de poids lourd à la RATP a imposé un train d’enfer à ses principaux concurrents. Un moment à ses côtés, Christophe Morgo a préféré lâcher prise pour ne pas exploser. Une sage décision dans la mesure où Jean-Jacques Moros n’a cessé d’augmenter son avance sur ses poursuivants. D’une minute et vingt secondes d’écart au 15e kilomètre, l’écart était déjà de 1’30 au Rozier pour se porter à 3’ au passage à La Cresse.
Le futur vainqueur terminait la première boucle, le marathon, en 2h53’09, soit avec près de cinq minutes d’avance sur son dauphin, Sébastien Bordel (2h57’55) qui allait ensuite exploser dans la première montée de la deuxième boucle. Il terminera d’ailleurs à la 27e place en 9h16’57.

Beaucoup d’observateurs pensaient d’ailleurs que la course était loin d’être jouée et que, comme d’habitude, la côte de Tiergues et le retour sur Millau feraient des dégâts. En effet, rares sont les fois où le premier au passage à Millau a conservé sa place jusqu’au bout. Ce fut pourtant bel et bien le cas pour Jean-Jacques Moros qui n’a fait qu’accentuer son avance tout au long de cette deuxième partie du parcours pour l’emporter finalement avec plus de 30 minutes d’avance sur Christophe Martin.

Abel Gonzalès, premier Aveyronnais

Le coureur de Sigean qui fut longtemps le troisième de la course, obtient la place de dauphin à la suite des crampes dont a été victime Christophe Morgo sous le viaduc, au 90e kilomètre. Une belle performance pour lui d’autant qu’il améliore de près d’une heure son temps de l’année dernière. Quatre fois deuxième,  Christophe Morgo a bien failli faire la passe de cinq. Mais le conseiller général héraultais, avec l’humour qui le caractérise soulignait au micro de l’animateur : «J’ai préféré être troisième pour ne pas que l’on dise que j’étais le Poulidor des 100 km de Millau», tout en reconnaissant plus sérieusement avoir été victime de crampes sous le viaduc de Millau.

Il ne manque plus désormais à Christophe Morgo de terminer premier pour avoir son nom sur toutes les marches du podium de l’épreuve millavoise. L’année prochaine, peut être…

Derrière le trio de tête, Frédéric Marolles termine au pied du podium après être passé en 9e position au marathon. Il termine en 7h57’.

Il a fallu pratiquement attendre 30’ pour voir arriver le cinquième de cette 36e édition en la personne de Thierry Perret qui termine en 8h26’52, soufflant pratiquement sur le fil cette place au premier Aveyronnais en la personne d’Abel Gonzalès.

Le coureur de Sainte-Eulalie-de-Cernon ne réalise pas son meilleur temps sur l’épreuve mais il est à créditer d’une belle remontée sur la deuxième boucle puisqu’il était passé au marathon en 20e position. Il termine en 8h27’34, tandis que le premier Millavois est Jacques Gurdak en 9h54’42 (73e au général).

Enfin, saluons la performance des 1236 concurrents qui ont franchi la ligne d’arrivée, une satisfaction personnelle qui permet de dire à chacun : «J’ai terminé les 100 km de Millau !».

—————————————————

Un bon cru
La manifestation 2007 a tenu toutes ses promesses puisque les organisateurs ont enregistré 1568 inscriptions sur les 100 km et 318 sur le marathon, ce qui représente un total de 1886 inscriptions. Un bon cru. Sur ces 1886 inscrits, ce sont 1733 concurrents qui ont pris le départ, 1446 sur les 100 km et 287 sur le marathon. Un seul abandon a été enregistré sur le marathon, ce sont donc 286 concurrents qui ont franchi la ligne d’arrivée de l’épreuve, tandis que sur l’épreuve reine (les 100 km), 1236 participants ont connu la joie d’arriver au bout. Un taux d’arrivants relativement important : 85,47%.

Dans le Top 20
Ce n’est pas encore cette année que la première ligne des meilleures performances va changer de nom. Pour autant, le chrono réalisé par Jean-Jacques Moros (7h15’27) rentre dans les 20 meilleures performances de l’épreuve depuis 1972. Si elle est assez éloignée du temps de Jean-Marc Bellocq (6h28’), elle se situe à la 17e place de ce classement devant bon nombre d’anciens vainqueurs comme celui de l’édition précédente, Régis Lacombe (7h23’)  ou encore Bruno Heubi (vainqueur en 2005 en 7h33’) et qui ne figure qu’à la 33e place de ce classement.

Belle progression
Autre belle performance, le classement de la première féminine, Anne-Marie Vernet qui termine en 8h52’56 (12e place du général). Elle connaissait le parcours pour avoir terminé à la 3e place des féminines lors de l’édition passée en 9h36’49 et en se classant à la 64e place. Une belle progression.  

De la 20e à la 2e place

Autre belle progression à souligner, celle de Christophe Martin, le dauphin de Jean-Jacques Moros. En effet, alors qu’il avait terminé l’année dernière à la 20e place en 8h48’31, il améliore de plus d’une heure son chrono et réalise un bond phénoménal au classement  en rentrant dans les 100 meilleures performances de l’épreuve depuis sa création.

37e édition le 27 septembre 2008

A peine le rideau est tombé sur cette 36e édition que déjà certains pensent à la prochaine.
Notez dès à présent qu’elle aura lieu le samedi 27 septembre 2008 avec toujours un départ à 10h.