« En secret, je rêve de me rapprocher des 9h »

Après avoir longtemps hésité, je décide de retourner à Millau cette année, en partie à cause de mon échec au 100 km de St Nazaire les Eymes au mois de mars, je ne veux pas rester sur cet échec. Je change de plan d'entraînement en optant pour un de B. Heubi pris sur son site. Tout l'été je vais m'entraîner de façon assidue parfois sous la canicule, c'est bien ça qui me faisait hésiter à refaire Millau cette année.

Millau 2005 : 9h37′, Millau 2006 : 9h38′, Millau 2007: bléssé, suiveur de Léo en 12h. Cette année, je reprends le plan de Bruno en 14 semaines, un peu arrangé à ma sauce, objectif battre mon temps de 2005 : 9h37, même si en secret je rêve de me rapprocher des 9h.

Au printemps, je bats mon record sur marathon, au mois de juillet, j’arrette de fumer, tout s’enchaine bien sauf de gros problèmes dentaires qui vont me pourrir la vie le dernier mois de ma prépa, j’arrive donc confiant mais en fait je ne sais pas trop car il me manque 200 bornes sur ma plus petite prépa pour un 100 bornes, je suis bourré d’anti-bio mais au moins je suis frais car les 15 derniers jours je n’ai pas fait grand chose

Vendredi, comme à chaque fois, reconnaissance du parcours de st rome à st affrique, puis direction le parc ou je vais rencontrer un peu toutes les connaissances des divers forums que je fréquente ( ADDM, Clm, planete jogging ). vers 19h, avec coco ( mon accompagnateur) on va se chercher un resto dans le centre ville et là on tombe sur Jacques ( planete jog) et son pote qui cherchent eux aussi un resto, finalement on va manger ensemble et on va surtout bien rire avec le pote à jacques qui va nous raconter son 1er Millau, à coup de Gitanes sans filtres et Kro à chaque ravito (il habitait Millau à l’époque).

Samedi matin, je me place juste derriere la banderole, pas question de partir 3′ apres le coup de feu comme les autres années. J’ai prévu 3h38′ au marathon comme temps de passage, pour les ravitos ce sera Coca et St yorre et 1 gel à l’heure, pas d’arrets, pas de changements de tenues bref faire le plus simple possible, d’ailleurs avec coco on n’a pas mis de paniers sur le vélo, juste 2 bidons pour le coca et la flotte

10h, le départ, tranquilou mais ça double de partout, les 5° kil en 25’25, on rejoint les accompagnateurs puis c’est l’attente, pour moi, on court mais on attends . comme sur le marathon, vers le 25° kil, moment d’euphorie, il faut se calmer. Cette partie que je craignais un peu, entre le 30 et le 42°, va en fait, passer assez vite, j’arrive pile poil en 3h38 (62°) au marathon, place au vrai début de la course

Ce qui me surprend le plus à la sortie de Millau, est le nombre de coureurs qui marchent, j’ai l’impression que pas mal de coureurs ont tenu un rythme jusqu’à Millau et que maintenant ils vont finir comme ils peuvent, pour ma part, je suis assez frais mais la 1° difficulté sous le viaduc, me rappelle que je n’ai pas travaillé les cotes cette année. Je monte tout, en courant, mais un peu à l’arrache puis la descente sans se faire mal. De St Georges à St Rome, j’attends de nouveau, c’est la partie pour moi, la plus pénible : faux plat + il fait chaud. On arrive à Tiergues, pendant 1 kilometre ça va mais apres, je comprends vite que je n’ai pas travaillé les cols donc ce sera marche, le plus rapide possible, puis course à partir du premier lacet, je croise le 1° au 70° kil. La descente sur St Aff (6h21)se fera tranquille, sans souffrances particulières, contrairement aux autres années, ou les quadri n’en pouvaient plus.

Pas d’arret au ravito de st Aff (25°), la remontée sera assez difficile, je marche pendant 500 m puis on attaque enfin la descente sur St Rome, moment merveilleux ou on se fait encourager par tout ceux qui montent, j’enleve mes lunettes, j’adopte la banane et un petit geste de la main à tous ceux qui m’encourageront

A la sortie de St Rome, 2° grosse montée de … j’ai envie de gueuler tellement je suis bien, je dois etre à 15 à l’heure, je sais que je vais trop vite mais je m’en fous, je le dis à Coco, tant que ça tient, je fonce !!!, bon à St Georges, c’est fini la dernière cote, je suis 18°, je monte la moitié en courant, l’autre en marchant, plus que 5 kil, les crampes sont là, impossible d’accelerer, le dernier kil va etre terrible, meme les 50 derniers metres ou je vais pratiquement finir sur 1 jambe.

9h15’41 à l’arrivée, heureux mais j’ai trop marché dans les cotes d’ou ce sentiment que je peux faire encore mieux, l’année prochaine ??