Première réussie pour Bonaudo

Une fois encore la glorieuse incertitude du sport a démontré qu’une victoire n’était acquise que lorsque la ligne d’arrivée était franchie. Alors que beaucoup voyaient en Jean-Franck Proietto, le futur vainqueur de cette 37e édition, les crampes en décidèrent autrement et le vainqueur de la SaintéLyon (69 km) était contraint à l’abandon à Saint-Rome-de Cernon alors qu’il possédait plus de 25’ d’avance sur son suivant Samuel Bonaudo. Le coureur du team Salomon plus habitué aux chemins de terre qu’aux routes goudronnées puisque spécialiste des trails, filait alors vers une victoire inespérée quelques minutes plus tôt.

Quelques heures auparavant sur la ligne de départ, ils étaient plusieurs à espérer en cette victoire. A commencer par le vainqueur de l’édition précédente, Jean-Jacques Moros qui était rapidement aux avants postes dès les 4 voies d’Aguessac en compagnie de Christophe Morgo et Jean-François Banck tandis que le futur vainqueur Samuel Bonaudo pointait quelques longueurs plus loin.

Au ravitaillement de Rivière-sur-Tarn, les positions étaient pratiquement les mêmes sauf qu’un nouveau coureur s’était joint au quatuor en la personne de Jean-Franck Proietto. Au passage du vingtième kilomètre au Rozier, on retrouvait seul en tête, Jean-Jacques Moros qui passait en 1h21’, tandis que son suivant immédiat était le surprenant Jean-Franck Proietto très à l’aise sur cette première partie du parcours alors que le vainqueur de l’édition 2007 semblait rencontrer quelques problèmes musculaires.

La première rampe sur le chemin retour face à Peyrelade confirmait cette impression puisque Jean-Jacques Moros se faisait passer par Jean-Franck Proietto. Ce dernier accentuait rapidement son avance sur le coureur de l’U.S. Métro visiblement en proie à des soucis physiques à la sortie de La Cresse, alors qu’un regroupement avait lieu derrière lui amené par Christophe Morgo, Jean-François Banck et Samuel Bonaudo, pointés dans le même temps, tandis que  le trou semblait être fait avec le sixième.

Le passage à Millau, distance du marathon confirmait la bonne forme du leader de la première boucle qui accentuait son avance sur ses poursuivants dès la côte d’Issis. Des poursuivants qui avaient désormais pour nom Jean-François Banck et Samuel Bonaudo puisque comme on pouvait le prévoir Jean-Jacques Moros abandonnait à son arrivée à Millau victime de problèmes aux hanches.

Plus surprenant était l’abandon de Christophe Morgo qui semblait pourtant en pleine forme. Celui qui confirmait sa bonne condition c’était Jean-Franck Proietto qui creusait un écart conséquent dès les premiers kilomètres de la deuxième boucle puisqu’il passait avec 9’ d’avance sur Bonaudo, désormais son dauphin.
Jean-François Bank baissait de rythme et pointait à 13’ du leader. Il abandonnait d’ailleurs entre Saint-Georges et Saint-Rome-de-Cernon  où Jean-Franck Proietto passait largement en tête avec 19’ d’avance sur Bonaudo.

La première surprise était constituée par la belle remontée de Jacky Puech. L’ancien sociétaire du S.O.M. Athlétisme pointait désormais en troisième position.

La montée de Tiergues et la descente sur Saint-Affrique permettaient à Jean-Franck Proietto d’accentuer son avance puisqu’il passait en 5h07’44’’ et ce n’est que 25’ plus tard que Samuel Bonaudo pointait devant la salle des fêtes.

Il fallait attendre moins de temps pour voir arriver l’ancien aveyronnais Jacky Puech, l’intérêt de la course se portait désormais sur la lutte entre les deux hommes car la victoire ne semblait pas pouvoir échapper au coureur Leyguevin. Une fois de plus la côte de Tiergues allait jouer son rôle de juge de paix mais dans le sens inverse puisque c’est à la fin de la descente juste avant de rentrer dans le village de Saint-Rome-de-Cernon queJean- Franck Proietto voyait s’envoler ses rêves de victoire pour une première participation.

Victime de crampes, il était obligé de rejoindre en marchant la salle des fêtes pour recevoir des soins pendant qu’au dehors passait Samuel Bonaudo qui pouvait lui rêver à une victoire pour une première participation d’autant que l’écart avec Jacky Puech avait augmenté depuis Saint-Affrique.

Il franchissait la ligne d’arrivée en 8h05’30’’ accompagné des jeunes du S.O.M. Athlétisme qui l’ont escorté depuis l’entrée du parc de la Victoire qui portait bien son nom en l’occurrence. Dix-sept minutes plus tard c’était au tour de Jacky Puech de recevoir l’hommage du public massé à l’extérieur et dans la salle des fêtes saluant ainsi une bien belle performance.

Tout aussi remarquable est la remontée effectuée par Didier Jannel qui se classe à la troisième place en 8h25’18’’ puisqu’il est passé à la fin de la première boucle en 35e position. Une fort belle progression qui démontre une fois encore qu’à Millau il convient de se montrer prudent sur la première boucle pour ne pas griller ses cartouches. Plusieurs favoris en ont encore fait les frais à l’occasion de cette 37e édition.