Michaël Boch : « Veni, vidi, vici »

Emotion, un mot qui pourrait résumer cette 39e édition.?Emotion bien présente à l’heure du départ où beaucoup de personnes ont eu du mal à retenir leurs larmes quand les applaudissements des concurrents ont salué la mémoire de Bernard Vidal, cofondateur de l’épreuve et de Bernard Gaudin, vainqueur de la 10e édition. Une émotion que l’on a retrouvée 7h et quelques minutes plus tard sur le visage de Michaël Boch qui ne pouvait cacher ses larmes, de joie cette fois-ci, alors qu’il venait de réaliser un rêve, celui de terminer les 100 km de Millau à la première place alors qu’il était simplement venu pour repérer en vue du 40e anniversaire.?Vivement 2011 !

On disait la course sur route veillissante, n’intéressant que les quadras ou les quinquas.?A?29 ans, Michaël Boch vient de donner un coup de jeune à l’ultrafond en remportant de belle manière la 39e édition des 100?km de Millau en établissant au passage la 15e meilleure performance de l’épreuve 7h12’.

Et pourtant le jeune Alsacien était venu cette année en reconnaissance en vue de sa participation à la 40e édition.?Triompher à Millau, il était loin d’y penser : « C’était déjà un rêve de participer, alors gagner en battant mon record … », dit-il la voix encore remplie de sanglots.?Cette victoire, il l’a construite patiemment.?Au 20e kilomètre au Rozier, alors que Régis Lacombe passe en tête, il pointe en 8e position en compagnie de Jean-François Banck et Christophe Morgo, deux anciens vainqueurs.

A La Cresse, il est déjà remonté en 4e position et on commence à s’intéresser à lui surtout qu’au passage du marathon, Michaël Boch est pointé en 3e position pratiquement dans le même temps que le second, Eric Trabut, alors que Régis Lacombe a cinq minutes d’avance.

Dès les premières difficultés, la côte d’Issis voit le jeune Alsacien s’emparer facilement de la deuxième place au passage du 50e km sous le viaduc.?Au bas de la côte de Tiergues, l’avance de Régis Lacombe n’est plus que de deux minutes.

C’est pratiquement en haut de cette dernière que Michaël Boch va le rejoindre puis le dépasser : « Je suis d’abord resté à ses côtés.?Le plus dur, c’était de ne pas s’enflammer », déclare-t-il devant les micros qui lui sont tendus après l’arrivée.

Mais l’envie est trop grande de partir et dans la descente, il va lâcher le coureur aveyronnais.?Au passage à Saint-Affrique l’écart est déjà de 5’, il sera le double au passage retour de Tiergues.?Son avance ne cessera de grandir jusqu’à la ligne d’arrivée qu’il va passer en 7h12’59’’.

Présent dans la salle des fêtes, Serge Cottereau fera remarquer que depuis Jean-Marc Bellocq aucun vainqueur n’était revenu aussi vite de Saint-Affrique, 2h10’.

Bien que déçu de n’avoir pu conserver la première place, Régis Lacombe réussira à garder sa place de dauphin en 7h37’20’’ tandis qu’Eric Trabut complétait le podium de cette édition 2010 en 7h51’32’’.

Une boîte au pied de laquelle échouait le vainqueur de l’année dernière; Christophe Morgo; en 7h54’18’’.?Le flot des arrivées n’allait plus connaître de temps mort puisque ce sont 1309 concurrents qui passaient la ligne finale jusqu’au petit matin.?Le dernier la franchira en 23h31’.?

Mais l’important était de la passer, comme chaque année…