« Millau, objectif réussi »

0

Départ vendredi direction camping les Prades à 15km de Millau nous passons avant chercher le dossard car 3600 participants ça fait du monde avec le marathon.

Nous arrivons enfin avec la famille au complète avec mes parents le beau père Katy et Manon on se fait notre pasta party je me couche tôt pendant qu’ils font une dégustation Rosé cigares qui va faire un peu mal à mon suiveur le lendemain heureusement qu’il est costaud. Réveil 6h30 et la j’avoue que le stress monte je pense m’être surestimé. Mettre 2h de moins parait énorme pour beaucoup de monde.

Katy et Manon nous amènent au départ quelques recommandations avec Christian car cette année nous avons une sacoche (comme tous les suiveurs)qui me permettra  de ma servir et de na pas m’arrêter aux ravitos. Les miss repartent au camping car elle pourront nous voir avec mes parents nous seront au 25eme km. Le cortège nous amène au départ c’est une foule énorme c’est le top j’en ai encore des frissons je me concentre sur cette longue et dur journée qui m’attend avec cette obsession sur le temps en fait c’est ce qui m’angoisse. Quand on dit que les 100km de Millau sont la Mecque de la course  a pied on comprend mieux pourquoi c’est unique. Je me place bien au départ pour éviter de trop piétiner je rencontre des gars qui regarde mon blog et qui ont suivi ma préparation (Félicitation d’ailleurs au Mr de l’ouest lyonnais habillé en Mizuno merci pour vos encouragement et pour votre perf)

Au ravito les Prades

C’est le départ ça part vite normal avec le marathon c’est difficile de trouver son rythme je commence à me caler au 5eme km j’arrive à Aguessac au 7eme km Christian est donc maintenant à mes cotés je commence à boire un peu nous passons le 10km en 50 mn soit 10 mn d’avance bon c’est normal vu le parcours je me sens vraiment bien je suis confiant pour l’instant c’est cool tout le monde parle chacun essai de trouver un équipier pour cette épreuve. Nous passons le semi sans difficulté en 1h50 (toujours 10mn d’avance) je me cale sur les 10h peut être une erreur mais il faut que je tente je suis bien. Dans 5km on arrive aux ravitos ou mes proches m’attendent.

J’essaie de m’alimenter mais ça n’a passe pas bien et surtout je commence d’un coup à avoir les jambes dur je n’ai pourtant pas fait de gros effort  malgré l’entrainement cette barre des 30 ne se passe pas bien je commence à flancher .2h57 je suis toujours sur de bonne base mais il va falloir s’accrocher malgré tout.

Au 42e

J’arrive enfin au marathon en 4h00 pile mon premier objectif est réussi mais je n’avais pas prévu que j’allais arriver dans cet état mon moral baisse je doute je sais ce qui m’attend et je sais que je vais souffrir sur ces bases. Je reste 5mn au ravito Christian m’attend il est inquiet. Je repars doucement à 7-8km/h il faut que je me refasse sinon c’est l’abandon. Je suis pas frais du tout.

Au 50e

La première grosse difficulté arrive vers  Creissels pour arriver sous le pont de Millau j’arrive devant avec toujours cette même impression « c’est un mur » je cours 200m et je marche c’est impossible on est tous au même rythme je ne pers pas trop de temps c’est horrible comme c’est dur.

Je passe les 50 km en 5h00 je n’ai rien perdu….

C’est aussi dur pour les suiveurs

Mon suiveur commence à avoir mal au c…il est de plus en plus souvent en danseuse.

On croise le premier…

Un extra terrestre comme tout ceux qui suivent d’ailleurs.

Sur le retour

Nous attaquons la deuxième grosse difficulté vers Tiergues je rattrape un gars qui avait fait devant moi au 6h de la mure on papote un moment il n’est pas au mieux il me souhaite bonne course mais je lui dit à tout à l’heure et j’ai raison car après cette grosse montée il me rattrape juste avant la descente au ravito il me décroche et prend beaucoup d’avance il était déjà plus fort au 6h de la Mure donc je m’affole pas.

On arrive enfin à St Afrique on fait le tour de la place  et la je me concentre je penses à nos entrainements dans le Mt Verdun avec steph je grimpe bien je rattrape beaucoup de coureurs environ une cinquantaine je marche un peu vers le haut je suis content entre temps j’ai rattrapé mon pote des 6h00 qui à coincé dans la bosse je ne le reverrai plus. Je suis impressionné par le paquet de coureurs que nous croisons c’est bon signe j’ai passé le 70 eme km en 7h00 je suis encore sur les bases de 10h00 ça se complique dans la descente j’ai mal au genou c’est horrible comme tout le monde mais ça commence à être insupportable je n’arrive plus a lever mes pieds à ce rythme mes nouvelles Adidas vont faire qu’une seule course.

Millau objectif réussi

80eme km en 8h20 les 10h ne sont plus qu’un rêve il va falloir s’accrocher pour mettre 10h59  le meneur d’allure du 11h me rattrape. C’est une ancienne connaissance de Rilleux triathlon, Cyrille Issartel. Il va me booster à chaque fois qu’il s’arrêtera au ravito je continuerai pour prendre de l’avance pour pouvoir marcher un moment avant qu’il me rattrape. Je suis seul derrière le meneur des 11h00, la grosse majorité étant vers les 12h00 nous passons le 90eme km en 9h40. Il me reste 1h20 pour finir les 10 derniers km qui se passeront plutôt bien grâce à toi et mon suiveur. Cyrille me dit qu’il ne faut pas faire 11h01 sinon je vais le regretter toute ma vie alors je m’accroche encore il me les faut .Nous arrivons dans la ville il me reste 12mn pour faire le dernier km nous savourons ce plaisir cette fois c’est sur moins de 11h c’est pour moi j’arrive mon chou m’attend avec impatience pour franchir la ligne d’arrivée avec elle c’est normal la journée a été longue pour tout le monde.

Je boucle ces 100km en 10h55 heureux mais j’ai souffert je sais maintenant que je peux rester sur la base de 10h sur 75km. Merci à tous pour votre soutien, vos sms…Ma famille, mon suiveur qui a mal au…A steph qui m’a bien motivé pendant cette prépa. Je suis vidé je n’ai plus de jus j’ai mal au genou. Vive le sport !!!!

Comme quoi il est possible de mettre 2h00 de moins à Millau en 2 ans.

Laisser un commentaire