Michaël Boch sera au départ

Il ne cache pas son ambition de courir sur les traces de Jean-Marc Bellocq et peut être un jour de battre son mythique record.?Pour l’heure, c’est un troisième succès consécutif que visera Michaël Boch lors de cette 41e édition.?Le coureur alsacien qui a noué avec l’épreuve millavoise et ses organisateurs un lien très fort, espère donc inscrire son nom une nouvelle fois au palmarès.

Un troisième succès consécutif que seuls Serge Cottereau (72-73-74) puis Jean-Marc Bellocq (86-87-88-89 et 90) ont réussi.? Sur sa route à la conquête d’une troisième victoire, le coureur alsacien trouvera un Aveyronnais, Jérôme Andrieu. Quatrième en 7h58’17’’ lors de la 40e édition, l’athlète du Team 12 a fait des 100?km de Millau son objectif premier cette saison.?Il connaît bien le parcours et sera donc l’un des principaux adversaires de Michaël Boch.

Chez les féminines, un moment annoncée, Laurence Klein a dû malheureusement renoncer à prendre le départ pour des raisons familiales.?Dommage car la spécialiste de l’ultra qui a remporté cette année pour la troisième fois le Marathon des Sables, aurait été sans doute proche du podium à l’image de Brigitte Bec en 2009, qui avait terminé à la 4e place, établissant un nouveau record féminin en 8h24’56’’.

Cela étant, la course chez les féminines comme chez les hommes devrait – comme chaque année – nous réserver quelques surprises avec l’émergence de nouveaux talents.?Avec près de 1500?inscrits sur les 100 km et plus de 300?sur le marathon, et cela à une semaine du départ, l’épreuve millavoise reste de loin l’épreuve la plus courue de la spécialité en France comme au niveau européen.

Au total ce seront donc près de 2?000 concurrents qui seront présents sur la ligne de départ, samedi 29 septembre à 10h sur l’avenue Jean-Jaurès pour une aventure collective ou personnelle. Pour certains, cette dernière se conclura en un peu plus de sept heures tandis que pour la majorité, ils passeront une bonne partie de la journée et de la nuit sur la route.

Avec pour chacun d’eux, la même récompense à l’arrivée mais surtout le plaisir de pouvoir dire « J’ai fait les 100?km de Millau » et pour eux, cela n’a pas de prix.