Quand le mythe devient un défi

« Athlétisme Magazine » consacrait en mai 2009 un numéro spécial au hors stade dans lequel étaient répertoriées toutes les courses qui présentent une particularité. De la plus populaire , Marseille-Cassis à la plus extrême, l’Ultra-trail du Mont Blanc en passant par la plus nocturne, la Saintélyon ou la plus arrosée, le marathon du Médoc, douze courses étaient ainsi mise en avant. Parmi elles, les 100 km de Millau y figuraient avec le qualificatif «  La plus mythique ».

On pouvait notamment y lire «  La plus prestigieuse épreuve de grand fond du calendrier français avance à belle allure vers son quarantième anniversaire (ndlr : nous étions en 2009). Inventée en 1972, elle a vu sa popularité s’élever au rang de mythe dans le petit monde des centbornards ». Nous sommes en 2014, le 40e anniversaire a eu lieu avec un succès de participation d’importance et cette nouvelle édition, la 43e s’annonce à nouveau comme on dit dans le milieu viticole comme un bon cru.

En effet plus de 1600 concurrents sont inscrits sur l’épreuve reine et près de 500 sur le marathon. C’est à nouveau un peloton multicolore fort de plus de 2000 concurrents qui s’élancera samedi de l’avenue Jean-Jaurès en direction d’Aguessac où un autre peloton tout aussi impressionnant, celui des accompagnateurs à vélo l’attendra. Deux images fortes qui chaque année provoque l’émerveillement de ceux qui découvrent les 100 km de Millau.

Car si l’épreuve millavoise est pour certains un rendez-vous annuel qu’ils affectionnent, pour la grande majorité des concurrents, leur participation relève plus du défi que de l’habitude. Faire Millau, ils l’ont décidé parce qu’ils en ont entendu parler ou qu’ils ont vu un reportage à la télévision ou dans un magazine. Ils constituent la majorité d’un peloton dans lequel se mélangent les spécialistes de l’ultra et les amateurs de course à pied. C’est cela aussi qui fait la richesse et la spécificité de l’épreuve millavoise où l’on retrouve l’ensemble de la société française.

Où le PDG côtoie le simple ouvrier, l’artisan du coin qui va courir aux côtés du responsable de grande société ou encore comme cette année, le présentateur du journal télévisée national qui aura à ses côtés bon nombre de ses téléspectateurs. Les exemples seraient encore nombreux à citer pour décrire cette épreuve pas comme les autres et qui continue au fil des années à rester un mythe dans le milieu de la course à pied. Un mythe qui se transforme chaque dernier week-end de septembre en un défi que plusieurs milliers de coureurs viennent relever.

Jacques Bréfuel
Co-président du S.O.M Athlétisme – 100 km de Millau