Marathon : Le cavalier seul de Frédéric Boissière

Après le pont du Rozier, Frédéric Boissière est parti pour aller décrocher sa première victoire.?

Si la course des 100 km a ménagé le suspens pendant une bonne partie de l’épreuve quant à connaître le nom du futur vainqueur, ce ne fut pas le cas du marathon. Disputée sur le parcours de la première boucle, cette course a été dominée du début à la fin par le Millavois, Frédéric Boissière.

Parti en tête en compagnie du groupe des « Cent bornards » visant la victoire, le coureur du S.O.M. Athlétisme effectua une bonne partie du parcours en leur compagnie avant de prendre la fille de l’air à hauteur de Peyreleau quand les premières difficultés en termes de dénivelé sont apparues. « J’ai commencé à ressentir de très bonnes sensations, alors je suis parti » reconnaissait le futur  vainqueur qui fera cavalier seul jusqu’à la ligne d’arrivée.?Il l’a passera en compagnie de ses deux petites filles en 2h54’08’’. Un temps légèrement supérieur à celui qu’il s’était fixé (ndlr : 2h50’) avec son entraîneur, Cyril Badaroux auquel il a tenu à rendre hommage sur le podium.

Les 100?km à 40?ans?

Pour autant, « Fred » comme tout le monde l’appelle dans le milieu de la course à pied, gardait la tête froide reconnaissant que le niveau de cette édition était moins relevé que l’an passé où il avait terminé 3e en 2h53’. La course avait été remportée par l’Aveyronnais Jérôme Andrieu en 2h41’11’’, record de l’épreuve. Un marathon qui depuis trois ans reste la propriété des coureurs aveyronnais puisqu’avant lui c’est Jérôme Chiotti qui l’avait emporté. Deux coureurs qui sont désormais passés à l’étage au-dessus en participant aux 100 km. Alors Fred Boissière franchira-t-il lui aussi le cap ? La question méritait d’être posée et c’est même sa femme, sa  fidèle accompagnatrice pendant le marathon qui la risquait : «  C’est vrai, j’avais dit que lorsque je gagnerais le marathon ici, je me mettrais aux 100 km. Mais avec mon entreprise, mes 25 employés et le peu d’entraînement que je peux me permettre, ce serait du suicide ! » reconnaissait lucide, Fred Boissière avant de continuer aussitôt « On verra à 40 ans ». Rendez-vous est pris, nous serons en 2020.

Derrière le coureur du S.O.M. Athlétisme, Hervé Petit se classe deuxième en 3h04’ tandis qu’Abel Bernadou complète le podium en 3h08’. Chez les féminines, la victoire est revenue à Carole Philomin venue de Limoux pour participer à son 3e marathon, elle qui est plus habituée à faire du trail. Le profil de l’épreuve millavoise était fait pour elle.