A Christophe Veyrier, le marathon

0
Christophe Veyrier

Originaire de Saint-Paul et Valmalle, Christophe Veyrier est le vainqueur de l’édition 2017 du marathon de Millau. Une épreuve qui avait cette année encore réuni un plateau de près de 400 concurrents.

Une première participation à Millau pour le coureur héraultais qui en était à son 3e marathon de l’année. Cette épreuve lui servira de préparation pour son prochain qui aura lieu à Valence et au cours duquel il espère décrocher sa qualification pour le championnat de France.

Longtemps devancé par Jean-Yves Marchand qui finira au pied du podium, Christophe Veyrier qui l’avait en ligne de mire a accéléré après le ravitaillement de La Cresse pour le passer et s’envoler vers la victoire.

Un succès qu’il n’a pas manqué de dédier « à ses deux petits » une fois la ligne d’arrivée franchie.

Aurélia Truel triomphe chez les féminines

Derrière lui, c’est un ancien vainqueur et régional de l’étape que l’on retrouve en la personne de Frédéric Boissière qui termine à un peu plus d’une minute du vainqueur. C’est pratiquement le même écart qui le sépare de son suivant, Hubert Marguier qui complète le podium de cette nouvelle édition du marathon.

Chez les féminines, facile victoire de la vice-championne du monde de trail, Aurélia Truel. Engagée au départ sur les 100 km de Millau, elle a préféré descendre sur le marathon, ne se sentant pas assez préparée pour la plus longue distance. Elle prend une très belle 11e place au scratch en devançant de 3’30 Florence Castagnet qui se classe 12e au général et deuxième féminine.

Aurélia Truel

Le podium de la catégorie est complété par Emmanuelle Augé, 18e en 3h22’. A noter que cette dernière est devancée d’une seconde par un ancien vainqueur des 100 km, Bruno Heubi qui avait triomphé à Millau en 2005.

Notons pour terminer la très belle dixième place de Clément Forir, très applaudi lors de son passage à Rivière-sur-Tarn.

A savoir qu’à ce niveau les Millavois sont de plus en plus nombreux à s’inscrire sur le marathon,en attendant sans doute de passer à la distance supérieure.

Laisser un commentaire