Contrairement au classement masculin, le palmarès des féminines a droit chaque année à voir inscrit un nouveau nom.

Ce sera encore le cas cette année puisque Jennifer Lemoine n’était jamais venue à Millau. Et à l’image de Jules César, Jennifer  peut dire « Veni, vidi, vici » ( Je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu). En effet, novice sur le parcours millavois, l’athlète de la région montpelliéraine s’était fixé un chrono de 9h et s’était préparée pour. Objectif atteint puisqu’elle réalise un temps de 9h01’ avec une belle régularité. Deuxième au passage du marathon avec moins d’une minute de retard, elle a construit sa victoire sur la deuxième partie du parcours pour finir avec 26’ d’avance sur sa dauphine, Flavie Vandeville.

Pour compléter le podium fémininin, il fallait attendre encore quinze minutes supplémentaires pour voir arriver Lucile Resplandy qui se classait 3e en 9h40’31’’.

Tee-shirt fétiche

A noter que la marathonienne portait sur elle son tee-shirt fétiche et facilement reconnaissable avec son lapin. « On a tous nos superstitions. C’est avec ce tee-shirt que j’ai fait mon premier bon résultat. Alors depuis je continue à le mettre »  reconnait au micro de l’animateur la troisième du classement féminin après que ce dernier lui ait posé la question.

Annoncée au départ de l’épreuve, la vice-championne du monde de trail, Aurélia Truel a préféré descendre de distance et s’est alignée sur le marathon par manque de préparation. Un choix payant puisqu’elle prend la 11e place au général et la première du classement féminin avec un chrono de 3h13’.

Tout au long de la nuit, nombreuses ont été les féminines à franchir la ligne d’arrivée de cette 46e édition des 100 km de Millau qui comme les années précédentes, a vu pas mal de concurrentes prendre le départ. Comme les hommes, la majorité d’entre elles viennent dans la sous-préfecture aveyronnaise pour se lancer un défi personnel que la majorité réussissent avec succès.

Laisser un commentaire